The Last of Us et Little Nightmares en comics : le récit d’enfances brisées

Certes, Halloween est passé depuis une dizaine de jours, mais j’ai éprouvé le besoin de me replonger dans quelques univers macabres. Comme je n’avais pas particulièrement le temps d’y jouer, je me suis tournée vers l’univers étendu de deux jeux vidéo. S’il est inutile de présenter le premier, tu n’as peut-être pas encore eu l’occasion de tester le second, qui a pourtant fortement influencé le nom ou les visuels de ce blog. Je pense à The Last of Us et à Little Nightmares. Nous n’avions pas parlé de lecture depuis un certain temps. Aujourd’hui, je répare cet affront.

The Last of Us American Dreams est une série de comics initialement sortie en 2013. Les quatre chapitres sont réunis dans un seul volume, édité par Omaké Books. Le comics officiel de Little Nightmares est sorti en 2017 et est édité par le même label. Il est intéressant de noter qu’American Dreams a été en partie écrit par Neil Druckmann, le concepteur de The Last of Us. Le comics de Little Nightmares a été scénarisé par John Shackleford, tandis que le jeu avait été écrit par Dave Mervik.

Une histoire d’enfances et d’avenirs volés

Dans American Dreams, le lecteur retrouve Ellie avant les événements survenus dans The Last of Us, ou le DLC : Left Behind. La jeune fille, âgée de 13 ans, a du mal à se faire à la vie de l’internat militaire dans lequel elle vient d’arriver. Rudoyée par ses instructeurs et ses petits camarades, l’adolescente fait la rencontre d’une certaine Riley. Guidée par cette dernière, Ellie fait sa première incursion dans le monde extérieur, où elle découvre un centre commercial, la dure vie des Lucioles mais aussi les premiers infectés. Ellie est une adolescente rebelle, mais avant tout désireuse de connaître le monde et son passé. Ce n’est pas sans émotion qu’elle entend les anecdotes teintées de nostalgie de ses aînés, ou qu’elle découvre des endroits qui étaient autrefois constellés de badauds et de joie. Ellie fait ses premiers pas dehors, dans l’espoir d’échapper à une enfance et à un avenir brisés. Bien qu’elle n’ait pas connu le monde d’avant, une part d’elle porte le traumatisme et le fardeau d’une humanité déchirée.

Ces thématiques, on les retrouve, d’une certaine façon, dans le comics Little Nightmares. Six, la fillette à l’imperméable, est certes plus taciturne qu’Ellie. Elle vient d’échapper aux griffes du Concierge, lorsqu’elle découvre la cachette de quelques enfants ayant survécu à l’Antre. Les rejetons errants vont alors raconter leur histoire. Le lecteur est entraîné dans deux récits enchâssés, sans savoir s’il peut se fier à la véracité des propos relatés par ces « petites choses perdues ». Les récits du vent du nord et des miroirs sont d’autant plus déstabilisants qu’ils sont tout aussi métaphoriques que les différents niveaux du jeu. Ces histoires apportent plus de questions que de réponses, et c’est ce qui les rend si fascinantes. Au reste, cela demeure le récit d’enfants contraints de se confronter à leurs peurs, et dont le passé, comme l’avenir, ont pour ainsi dire été volés. Une réalité plus effrayante que n’importe quel monstre.

Les références aux jeux vidéo

Bien qu’American Dreams et Little Nightmares aient choisi de raconter une histoire inédite, on y retrouve bon nombre de références, voire d’explications à différents éléments anecdotiques des jeux. Le lecteur découvre comment Ellie et Riley se sont rencontrées, ou à quelle occasion Ellie a fait du cheval, pour la première fois. Je n’en dirai pas plus, afin de ne pas trop spoiler la bande dessinée.

Sans surprise, le comics de Little Nightmares se montre plus mystérieux et implicite. Bien que les récits enchâssés ne racontent sans doute pas le passé de personnages présents dans le jeu, ils étoffent le lore et proposent des hypothèses sur ce qui a pu arriver aux êtres les plus difformes de l’Antre. L’un des récits évoque le pouvoir sépulcral des miroirs, qui seraient capables de déformer davantage que de simples reflets. Un des enfants métamorphosés obtient une silhouette qui rappelle, à s’y méprendre, celle du Concierge. Bien sûr, l’évocation des miroirs n’est pas anodine. On se rappelle leur importance dans le niveau des Appartements de la Dame.

La fuite du réalisme dans les graphismes

Je parle du scénario et des jeux originaux, mais le style graphique est essentiel dans un comics. C’est Julian Totino Tedesco qui a illustré les couvertures d’American Dreams, et Faith Erin Hicks qui a dessiné les planches (volontairement moins réalistes) du comics. Les artistes derrière Little Nightmares sont Aaron Alexovich et Dave Santana.

Sans être foncièrement proches, les styles graphiques des deux comics ont une intention similaire. Les différents artistes n’ont pas cherché à accentuer la noirceur d’univers déjà suffisamment macabres. Ils se sont tournés vers un style plus cartoon. Le choix est intéressant car l’univers reste sombre, quel que soit le ton adopté. C’est d’ailleurs cet étonnant contraste qui a rendu le jeu Little Nightmares si marquant. Certes, The Last of Us est un jeu au style plutôt réaliste. Ce réalisme, on le retrouve dans les décors d’American Dreams. Pas dans le design des personnages. (Comme par souci de ne pas rendre le comics trop lugubre, les vignettes où Ellie se fait attaquer par la première infectée possèdent un fond uni et orange vif). Ce choix a du sens dans la mesure où Six, Ellie et Riley ne sont pas des adultes. Elles ont beau évoluer dans des univers malsains, elles conservent une perception du monde infantile, où l’on s’effraie rapidement, où l’on croit facilement et où l’on s’émerveille d’autant plus. Par dessus-tout, les trois héroïnes tentent d’échapper à leur sinistre réalité. Le choix des styles graphiques peut surprendre, voire déplaire, mais il fait sens pour chacun des comics.

Conclusion

Je sais quelle question tu te poses. Ces comics valent-ils réellement le détour ? Je ne suis pas convaincue de l’intérêt que tu pourrais leur porter, si tu n’as jamais joué aux jeux respectifs. Il pourrait s’agir, tout au plus, de sympathiques premières incursions. Ce sont surtout des lectures à placer entre les mains des fans. Certes, ce sont des produits dérivés dont la brève histoire n’apporte rien d’indispensable ; mais ils ont le mérite de conter des aventures inédites, truffées de références et de compléments aux lores de The Last of Us et de Little Nightmares.

Pour l’anecdote, une des illustrations de Faith Erin Hicks a été utilisée dans le jeu The Last of Us. Il s’agit du personnage d’Angel Knives, que l’on trouve dans la borne d’arcade de The Turning, mais aussi dans un motif de tee-shirt. Le moins que l’on puisse dire est que ces lectures m’ont donné envie de découvrir d’autres univers étendus de jeux vidéo. Donc, si tu connais d’autres adaptations en comics, n’hésite pas à me les conseiller !

Les scans des comics ont été réalisés dans un but non lucratif. Les images appartiennent à Bandai Namco, Naughty Dog et Omaké Books.

9 réflexions au sujet de « The Last of Us et Little Nightmares en comics : le récit d’enfances brisées »

  1. Juste ce qu’il faut d’informations pour donner envie de s’y plonger. C’est surtout celui de Little Nightmares qui me parle : j’adore les récits à clé qui te demandent d’établir toi-même tes théories. Tu as réussi à le trouver où ?

    Aimé par 1 personne

  2. Un article qui change mais qui est tout aussi passionnant à lire que les autres ! Tu fais un parallèle bien intéressant entre les deux héroïnes que je n’aurais pas rapprochées plus que cela au premier abord. Le comics de Little Nightmares était intriguant, à l’époque où je n’avais pas encore fait totalement le jeu. Il me charmait par son côté métaphorique et sans réponse… Des aspects qui rappellent les contes dont l’atmosphère se rapproche beaucoup. Il s’oppose certes à The Last of Us qui est lui beaucoup plus explicite et explique son univers par touches. Cependant, je n’avais pas fait attention à ce choix du graphisme que tu soulignes, mais qui se retrouve donc pleinement justifié. C’est vraiment la perte de l’innocence et de l’enfance tant sur le fond que la forme avec ton analyse.

    Aimé par 1 personne

  3. J’ignorais qu’il existait de telles œuvres. Je dois dire que les comics autour de licences vidéoludiques m’intéressent tout particulièrement. XIII, The Legend Of Zelda comme nous en parlions sur Twitter entre autres. Je pense même que ça me hype plus encore qu’un comics Marvel crossover avec Alien, c’est dire à quel mon cœur s’excite ! Le contraste entre les deux oeuvres est intéressant. Lorsque tu as publié ton article il y’a quelques jours, cela m’a fait sourire. Quand je pense à ce que tu me disais sur ton inspiration, et que je vois ce que tu es capable de nous pondre quand tu n’es pas inspirée, je ne peux qu’être encore plus admiratif. Avant de lire l’article je me suis demandé où tu arrivais à trouver ces ressources pour lier des œuvres qui de prime abord n’ont rien en commun et malgré tout tu y parviens et d’une manière extrêmement douce alors que les œuvres ne le sont pas du tout. Bravo. Juste bravo. Heureusement que je parviens à me contrôler niveau dépense, sinon Hauntya et toi m’auriez fait acheter nombre d’œuvres. Je parle de vous deux, mais tes collègues de Podculture ne sont pas mieux, vous avez une plume démoniaque. J’aime cette plume. Au plaisir de te lire ma p’tite Flo’ Prends soin de toi et « keep smiling ! »

    Aimé par 1 personne

    1. On a l’âme d’un gamer, ou non ! Ahah, merci du compliment. Comme je te le disais aussi, écrire est salvateur, y compris quand on a pas de moral ou d’inspiration. Pour ce qui est de l’analyse et des parallèles, je dois dire que je fais un peu automatiquement maintenant, mais c’est après des années d’exercice, sans côté que ça fait partie de mon parcours scolaire, puis de ma profession. En tout cas, merci énormément pour ce charmant commentaire. Je me réjouis tout autant de lire tes futurs articles. A très vite.

      Aimé par 1 personne

  4. Ton approche est une nouvelle fois passionnante à découvrir. Je n’ai pas encore eu l’occasion de découvrir Little Nightmares (j’espère pouvoir le faire avant l’arrivée du second), mais j’ai beaucoup aimé le parallèle sur l’enfance volée que tu as fait vis-à-vis d’Ellie, quand bien même cela concerne surtout les comics dans le cas présent. D’ailleurs, tu m’as appris que le personnage d’Angel Knives provenait du comics à la base, j’ignorais ce détail. Comme quoi !

    Aimé par 1 personne

    1. J’espère que Little Nightmares te plaira. Je pense moi-même le refaire, avant la sortie du 2. Entendons-nous bien, Angel est aussi un personnage de jeu vidéo dans le comics, mais ce sont bel et bien les mêmes illustrations que l’on retrouve dans les jeux. 🙂 Merci pour ta lecture et ton commentaire !

      J'aime

      1. Je te rassure, j’avais bien compris que ce n’était pas un vrai personnage, ton article est très clair sur le sujet. 😉 Mais c’est malin d’avoir fait une certaine continuité entre ce qui se passe dans le comics et dans le DLC autour de ce personnage.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s