Dossier #3 : Little Nightmares | L’analyse d’une saga cryptique

VI. Une galerie de portraits énigmatiques

L’univers de Little Nightmares met en scène de nombreuses créatures. Les premières que l’on rencontre sont les Sangsues. Ces bestioles ne paient pas de mine mais elles sont capables de vous tuer d’un seul coup, comme tous les ennemis des jeux. Elles redoutent par-dessus tout la lumière. On pourrait aussi mentionner la chose ineffable qui nous pourchasse, lorsqu’on traverse une salle emplie de chaussures. Mais intéressons-nous davantage aux créatures humanoïdes.

1. De mauvais et bons élèves

Les personnages jouables ne sont pas les seuls enfants du lore. On note aussi la présence des Nomes. Ces petits gnomes sont de nature farouche. Il faut dire que les plus amicaux d’entre eux ne survivent jamais longtemps, d’après le site officiel. Le DLC de Little Nightmares révèle que les Nomes sont en fait des enfants éliminés par la Dame. Le Fugueur peut orienter sa lampe torche vers un Nome, dont l’ombre projetée est la silhouette d’un enfant. En fait, le Fugueur devient lui-même un Nome. Si les Nomes peuvent se révéler bienveillants, ce n’est pas le cas des Enfants de l’Ombre hantant les appartements de la Dame. Il est difficile de savoir pourquoi certains enfants deviennent des Nomes et d’autres des Ombres. Une théorie affirme qu’il s’agit des mauvais et bons élèves, aux yeux de la Dame, (d’où le bonnet d’âne des Nomes). Les Enfants de l’Ombre ne sont en outre pas très différents des résidus laissés par les enfants attrapés par l’Homme Filiforme, dans Little Nightmares II.

Ce préquel met en scène de nouveaux ennemis : les Brutes. Il s’agit d’enfants en porcelaine à la fois turbulents et insolents. Ils n’obéissent qu’à une seule personne : la maîtresse de l’école. Certaines brutes ont la tête cassée, et Mono peut en utiliser une, en guise de masque. Cela implique donc que nos chères brutes ont la tête creuse ! L’anecdote est amusante dans la mesure où l’on peut trouver un cerveau, dans un bocal de l’une des salles de l’école. On voit aussi la Maîtresse conserver des choses aussi peu ragoutantes qu’identifiables dans différents contenants. Et si la Maîtresse privait paradoxalement ses élèves de leur matière grise ? Autre anecdote amusante : il semblerait que les Brutes de l’école chantent la chanson diffusée dans Little Nightmares, lorsqu’on allume le téléviseur pour attirer le Concierge dans une pièce près de la bibliothèque. Le dernier enfant qui nous tient tête est La Prétendante, l’antagoniste principal de Very Little Nightmares. Il s’agit d’une jeune fille vivant dans un manoir luxueux, où ses serviteurs (L’artisan et le Majordome) veillent jalousement sur des poupées à l’effigie d’enfants.

2. L’addiction et le formatage des adultes

Little Nightmares et surtout Little Nightmares II nous opposent à des attroupements d’ennemis, qui ne sont pas des boss en particulier. C’est le cas des Convives de l’Antre. Il s’agit des invités de la Dame, lesquels se portent bien et revêtent des masques. D’après le site officiel, ils mangent sans aucun appétit. Le préquel nous oppose, dans le chapitre 3, aux Patients. Il s’agit d’êtres brisés ou de mannequins animés, lorsque la lumière est éteinte. Une fois n’est pas coutume, le site officiel propose une description assez éclairante. D’après lui, les patients du Docteur n’osent pas se regarder en face et ne supportent pas leur propre reflet. C’est pourquoi ils vont se faire opérer. On peut imaginer qu’ils souffrent de la même angoisse que la Dame, dont les miroirs étaient tous brisés. Juste après, Mono et Six font face aux Spectateurs. Il s’agit de personnes qui ne vivent qu’à travers les écrans. Dans Little Nightmares II, les enfants sont, dès le plus jeune âge, formatés à l’école, ce qui ne les empêche pas d’être débectés par leur propre reflet, une fois parvenus à l’âge adulte. Les habitants de Pale City vont se faire opérer à l’hôpital, quand ils ne sont pas hypnotisés par les ondes des téléviseurs. Cette addiction pousse même certains d’entre eux au suicide. Les âmes, les corps et les esprits de Pale City sont tous odieusement formatés.

Dans les profondeurs, la Grand-mère tente de noyer le Fugueur.

3. (Control) Freaks : la monstrueuse parade

Mentionnons maintenant les boss les plus emblématiques de Little Nightmares. Le comics officiel révèle l’existence d’une créature massive, surnommée Le Passeur. C’est lui qui enlève les enfants pour les amener dans l’Antre. La référence à Charon, le passeur des Enfers, dans la mythologie grecque, est explicite (du moins en français). Le seul boss inédit du DLC est la Grand-Mère, une créature qui hante les profondeurs inondées de l’Antre. Une théorie stipule qu’il s’agissait de la précédente gérante de l’Antre, et que la Dame redoute de subir le même destin qu’elle. Ironie du sort : la Grand-Mère est électrocutée par un téléviseur semblable à ceux que l’on trouve à Pale City.

Le premier boss de Little Nightmares II n’est autre que Le Chasseur. On sait peu de choses à son sujet si ce n’est qu’il porte un masque, qu’il a capturé Six et qu’il a une certaine passion pour la taxidermie. Hélas, ce chasseur n’empaille pas que des animaux… On constate qu’il essaie de se reconstituer une famille et que des cœurs sont gravés, ici et là, dans son domaine. Le malheureux Chasseur aurait-il eu le cœur brisé ? Le chapitre 2 de Little Nightmares nous oppose au Concierge, tandis que le deuxième chapitre du préquel met en scène la Maîtresse. Le Concierge est un être aveugle doté de membres disproportionnés. Ses jambes sont presque inexistantes alors que ses bras sont démesurés. Il s’appellerait Roger. Il surveille les enfants de l’Antre et les met en cage, pour les amener à la cuisine. Le site officiel du jeu explique que le Concierge a fui le monde afin de s’isoler dans l’Antre. On peut supposer qu’il a beaucoup voyagé car les endroits où il vit et travaille sont jonchés de souvenirs de toute sorte. Il semble posséder, comme la Dame, des poupées similaires à celles de la Tanière de Very Little Nightmares. Seraient-ils en contact avec l’Artisan ? Les plus observateurs d’entre vous auront peut-être aperçu le visage du Concierge, reproduit en plâtre, dans l’une des salles de l’hôpital de Pale City. S’agit-il d’un simple clin d’œil où le Concierge s’est-il retrouvé entre les mains du Docteur ? Quoiqu’il en soit, sa fin est funeste dans la mesure où Six parvient à lui arracher les bras, le laissant agoniser. Aussi angoissant, repoussant et cruel soit-il, Le Concierge m’inspire une forme de pitié. C’est d’autant plus le cas pour l’Homme Filiforme, mais nous y reviendrons plus tard. La Maîtresse m’inspire un peu moins de sympathie ! Pour l’anecdote, sachez que l’on peut trouver son portrait dans le dernier DLC de Little Nightmares. On sait qu’elle est très stricte et ne tolère aucun écart. En fait, il s’agit d’une véritable control freak, à l’image de nombreux antagonistes du jeu. La Maîtresse, le Concierge, le Docteur, les Frères Cuistots et par-dessus tout la Dame ne supportent pas que Mono ou Six viennent perturber la salle de classe, le dortoir, la cuisine ou le bon fonctionnement de l’Antre. Mono, et par-dessus tout Six sont de véritables agents du chaos dans un monde horriblement organisé.

4. La Dame et l’Homme Filiforme : un parallélisme troublant

Les créatures ayant le plus marqué les esprits sont évidemment les antagonistes principaux des deux jeux : la Dame et l’Homme Filiforme. Les introductions de Little Nightmares I et II sont assez similaires : elles donnent un aperçu de l’ennemi principal du jeu. Dans la première cinématique, Six fait un cauchemar où elle aperçoit la Dame, tandis que Mono rêve d’un couloir au bout duquel se trouve une porte close. Cette porte retient enfermé l’Homme Filiforme. Ces deux boss sont assez énigmatiques. La Dame a l’allure d’une Geisha et elle porte un masque. Le visage de l’Homme Filiforme est en partie dissimulé par son chapeau. Sa silhouette, longue et mince, semble parasitée, comme s’il n’était pas entièrement sorti du téléviseur brouillé dont il s’est échappé.

La Dame a l’habitude de surveiller les différents habitants de l’Antre, y compris les Convives. Elle se retire ensuite dans ses appartements, où l’ensemble des miroirs sont brisés. De toute évidence, la Dame ne supporte pas de voir son propre reflet. C’est d’ailleurs ce qui permet à Six de la vaincre. On peut supposer qu’elle éprouve de la culpabilité vis-à-vis du sort réservé aux enfants de l’Antre. Mais le DLC de Little Nightmares apporte une théorie plus convaincante. Avant d’être transformé en Nome, le Fugueur aperçoit, fugacement, à travers le reflet d’un miroir, le vrai visage de la Dame. Celle-ci est beaucoup plus âgée qu’il n’y paraît. A l’instar des antagonistes de plusieurs contes, elle ne semble pas supporter de voir sa beauté se faner. C’est pourquoi certains fans ont imaginé qu’elle s’acharnait sur sa fille, plus jeune et plus belle qu’elle : Six. Toutefois, les créateurs du jeu n’ont pas tardé à réfuter cette théorie. Comme dit plus haut, la Grand-Mère dissimulée dans les Profondeurs pourrait incarner la hantise de la Dame. Il est important de souligner que seul le reflet de la Dame paraît âgé, et non pas son faciès. Il semblerait qu’elle possède des capacités similaires à Dorian Gray, qui reste jeune et beau à l’extérieur, alors que son âme – apparaissant sur un portrait – est vieillissante et corrompue. Aspirer l’âme des enfants permettrait-il à la Dame de préserver son apparence ? L’Homme Filiforme est une créature prisonnière de la Tour, un monde cauchemardesque. Les ondes qu’il projette permettent d’hypnotiser les habitants de Pale City et d’enlever les enfants, dont Mono retrouve les ombres disséminées, ici et là. On peut supposer que l’Homme Filiforme cherche davantage à capturer Six, que Mono.

Mais si la Dame et l’Homme Filiforme sont si fascinants, c’est parce qu’ils sont intimement liés aux protagonistes que l’on incarne. Les jeux tissent un parallèle déroutant entre ces ennemis jurés. La Dame règne sur l’Antre. D’après le site officiel, c’est l’un de ses sortilèges qui permet de faire tourner le moteur. La Geisha tient à ce que l’ordre soit maintenu, mais c’est sans compter sur l’arrivée d’un petit être qui va tout bouleverser : Six. Je ne pense pas que les deux personnages aient un lien de parenté, mais elles sont reliées par le destin. Les thèmes musicaux de Six et de la Dame sont assez proches, dans la mesure où il s’agit de berceuses. Par-dessus tout, après avoir vaincu la Dame et l’avoir dévorée ; Six rentre en possession de ses pouvoirs. Elle s’en sert pour éliminer les Convives et fuir l’Antre, dont elle aurait pourtant pu devenir la nouvelle Dame. Le lien entre Mono et l’Homme Filiforme est encore plus étroit. La chute de Little Nightmares II en aura étonné et dérouté plus d’un ! Mono affronte l’Homme Filiforme dont il vient à bout. Ses capacités sont alors accrues. Il part au secours de Six, qui le trahit, le condamnant à errer dans le monde cauchemardesque. Mono s’installe sur une chaise et grandit, seul et honni de tous. Il grandit et grandit tellement qu’il devient l’Homme Filiforme. Depuis le début, Mono fait face à des boucles temporelles ; il est piégé par un destin fatal. Cette révélation nous invite à nous questionner sur les intentions de l’Homme Filiforme, qui, peut-être, cherchait à arrêter Six depuis le début. Quoiqu’il en soit, l’un des collectibles du jeu représente un indice non négligeable concernant l’identité de la créature cachée derrière les écrans. Ce n’est certes pas un hasard si Mono fait la collection des chapeaux ! (Remarquons, d’ailleurs, que Six est en mesure de porter le masque de la Dame, si le joueur débloque les collectibles de Little Nightmares).

Ce que l’on retient, c’est que les enfants détestent et fuient des adultes qui leur ressemblent plus qu’on ne le croit ; comme s’ils redoutaient par-dessus tout de grandir et de devenir comme eux. Le fameux syndrome de Peter Pan. Malheureusement, le destin que l’on cherche à éviter est souvent celui vers lequel on se précipite le plus. Mono est condamné à devenir l’Homme Filiforme, encore et encore. Même si elle préfère s’échapper de l’Antre, Six a acquis les pouvoirs de la Dame et surtout une forme de cruauté dont elle ne se délestera peut-être jamais.

Introduction, genre et chronologieLieux, iconographie et référencesGalerie des ennemisProtagonistes, bilan et sources

16 réflexions au sujet de « Dossier #3 : Little Nightmares | L’analyse d’une saga cryptique »

  1. J’avais hâte de dévorer cet article, et sans surprise c’était tout simplement passionnant. On en parlait sur mon blog il y a quelques jours mais l’univers de Little Nightmares est tellement cryptique qu’on peut s’amuser à le décrypter de nombreuses manières différentes, et c’est quelque chose que je trouve fascinant à faire. J’ai beaucoup aimé ton approche des personnages, des lieux et des événements.

    Toutefois, j’aurais une autre théorie concernant la fin de Little Nightmares II. Tout comme toi, j’ai d’abord pensé que Six était finalement une antagoniste en raison de la trahison qu’elle commet à l’encontre de Mono. Que ce soit par pure méchanceté ou par vengeance pour ce qu’il vient de faire, quand on connaît les événements du premier opus, c’est le constat qui s’impose. Pourtant, en voyant la fin bonus, une autre idée m’est venue et pour le coup, ça change totalement ma vision du personnage. Et si, finalement, ce qu’on prend comme un acte méchant de la part de Six était en réalité un sacrifice positif ?
    Ces deux termes semblent contradictoires, je sais, mais je t’explique. Dans la fin bonus, on entend le ventre de Six gargouiller, ce qui signifie qu’elle commence déjà à mourir de faim. Du coup, est-ce qu’elle n’aurait pas lâché la main de Mono pour le protéger d’elle-même, de peur de finir par se jeter sur lui ensuite ? Auquel cas, peut-être se serait-elle rendue à l’Antre dans l’espoir de trouver de la nourriture, avant finalement de tomber dans un autre cauchemar l’ayant confrontée à ses pires instincts.
    Ceci dit, cela soulève des questions supplémentaires sur le rôle de Mono, que l’on découvre être l’Homme filiforme. Tout comme toi, j’ai immédiatement pensé qu’il s’agissait d’une boucle temporelle. Cependant, je n’ai pas envisagé le fait qu’il n’y avait qu’un seul Homme filiforme, qui serait Mono. À mes yeux, il pourrait éventuellement s’agir d’une lignée qui se perpétue de victime en victime, avec l’un des enfants prenant à chaque fois la place de l’ancien Homme filiforme qui, on l’imagine, est peut-être amené à mourir ou à disparaître naturellement à un moment donné. Dans ce cas-là, Mono serait lui-même devenu comme son bourreau à partir du moment où il a eu le courage et la force de lutter contre lui. Ceci dit, j’aime également beaucoup ta théorie selon laquelle il s’agirait de lui-même tentant de se protéger de Six.

    Bref, il y a énormément de possibilités et de théories qui peuvent s’entremêler et toutes peuvent fonctionner selon la façon dont on se positionne. Tout comme toi, un peu à l’image de ce que j’ai fait avec The Last of Us, j’aimerais beaucoup faire une analyse complète de l’univers du jeu pour essayer d’en dresser une théorie. Mais je préfère me laisser du temps, je ferai probablement ça d’ici quelques mois, le temps de bien m’imprégner des œuvres et de les redécouvrir à tête reposée.

    Encore bravo pour cet énième article passionnant à découvrir. C’est toujours un réel plaisir de te lire.

    Aimé par 2 personnes

    1. Merci pour ton commentaire et le compliment ! Je t’avoue que je n’aurais jamais pensé à cette théorie sur Six. Mais cela démontre bien que tu as raison, l’univers est aussi cryptique que fascinant et j’espère qu’il le restera, afin que chaque joueur se l’approprie à sa manière ! Ce qui m’a fait penser à une boucle temporelle, pour l’Homme Filiforme et Mono, c’est tout simplement la façon dont on progresse dans les couloirs infinis du dernier chapitre. Ceci étant dit, ta théorie est intéressante car, après tout, on imagine bien que Six aurait pu devenir la nouvelle Dame. D’une certaine façon, elle réussit là où Mono a échoué, malgré lui. Encore que, cela dépend de ce que réserverait une « vraie » suite à Little Nightmares I ! Bon courage si tu te lances dans une telle entreprise, et à bientôt 🙂

      Aimé par 1 personne

  2. Que c’était passionnant à lire du début à la fin comme dossier! Chapeau pour toutes les analyses, décortications du moindre détail ou des références, il fallait le faire ! C’est fou comme le jeu plonge encore plus ses racines et détails dans des références faisant elles aussi la part belle à l’horreur ou aux réécriture du monde enfantin. Tout cela est finement analysé, ça a dû te faire un sacré boulot, mais passionnant ! Je ne connais pas du tout le jeu Very little nightmares, je crois même que j’ignorais son existence. Mais ils ont essayé plein de médias différents pour un enrichissement certain. Je pense te suivre sans aucun doute sur la chronologie des événements, aussi nébuleuse et sujette à interprétations qu’elle soit. Il est clair que le plus fascinant est la symbolique des personnages, ou ce que cela nous évoque. C’est vrai que Little Nightmares 2 a un côté très déshumanisant après l’aspect conte horrifique, il m’a fait penser à 1984 avec les télés, l’oeil, la surveillance constante, les esprits manipulés… c’est vraiment du formatage. Et j’aime énormément cette peur de devenir adulte que tu évoques, cette peur du temps qui passe qui est propre à chaque personnage, antagoniste ou non. Là aussi c’est matière à réfléchir, car nos petits antihéros risquent toujours de devenir ce qu’ils redoutent, ou des ennemis comme les Nomes. Encore un jeu de miroirs, et il y en des glaces dans la licence ! En ce sens, je te rejoins bien, il n’y a pas de morale évidente dans la licence, juste de la survie, de la peur, et beaucoup de nos craintes, de nos phobies, d’enfant ou d’adulte, poussées à l’extrême ou de manière si obscure que cela en devient dérangeant. (Les chaussures m’ont aussi beaucoup fait penser aux camps de déportation). Je suis encore fascinée par la fin du 2 et tout ce que cela implique. Par rapport à la prescience de Six sur les événements de la licence, ça voudrait vraiment dire que ce n’était pas la première fois qu’elle rencontrait Mono. Ou est-ce encore un parallèle avec ces cauchemars qu’on refait en boucle ? Ça m’a toujours intriguée que dans le 1, quand Six revient après une mort, on dirait qu’elle se réveille d’un sombre rêve.

    J'aime

    1. Merci pour le compliment ! A vrai dire, dès le premier Little Nightmares, j’avais un peu pensé à 1984, à cause de l’œil et la surveillance omniprésents ! Ah oui, c’est vrai que tes arguments font penser à une métaphore des cauchemars voire des paralysies du sommeil, quand on revoit les mêmes choses en boucle. Encore une théorie intéressante !

      J'aime

  3. Je n’ai pas encore fait les jeux de la licence Little Nightmare, c’est pourquoi je n’ai pour le moment pu lire que l’introduction, mais quelle superbe introduction à ce monde d’horreurs ! Je pense savoir quel sera le prochain de mes jeux à faire juste pour pouvoir dévorer entièrement ce dossier sans avoir peur du spoil, je reviens très vite !

    Aimé par 1 personne

  4. Roooh j’avais l’intention de lire l’article mais c’est full spoil 😦 ! Bon J’ai quand même (presque tout) lu la chronologie de cette saga. J’ignorais qu’il y avait un comic d’ailleurs. J’ai l’intention d’y jouer justement surtout depuis que j’ai vu une streameuse y jouer

    Aimé par 1 personne

  5. Eh coucou ! Ça faisait longtemps ! J’ai un retard de malade mental et je te promets de me rattraper aussi vite que je le peux. Tout comme sur Podculture d’ailleurs, je dois avoir l’équivalent de 7 ans de lecture à rattraper, quelle honte ! Ça a pris du temps mais je suis venu à bout de ton dossier et je suis surpris de me rendre compte que je suis passé à côté de tant de choses ! N’ayant jamais joué à Very Little Nightmares ces informations que tu as donné me donnent paradoxalement, encore plus envie d’y jouer, même si je sais désormais plus ou moins à quoi m’attendre, je suis heureux d’avoir pu avoir toutes ces informations avec toi. Je suis surpris qu’il y ait cette incohérence entre Little Nightmare II et VLN après ça contribue au mystère du jeu je suppose. Chaque joueur doit se faire sa propre opinion. Dossier giga complet sur lequel on sent que tu as pris plaisir à bosser. Ça fait trop plaisir de te relire ! J’enchaîne à toute !
    Ju’.

    Aimé par 1 personne

  6. J’ai enfin pris le temps de lire ce foisonnant dossier (et je suis pratiquement à jour sur le blog. Je me lirais le dernier article quand j’aurais fait It Take Two. Je veux me préserver de tout spoil pour le découvrir à fond 😊) ça se sent que tu adores la licence et que tu l’as décortiqué dans tous les sens. C’est riche d’informations et de pistes de réflexions sans devenir indigeste, bien au contraire. Je me souviens que, dans un autre échange de commentaires, tu avais dit que tu avais pratiquement l’équivalent d’un livre de théories et réflexions sur la licence. Je me demande si tu ne devrais pas essayer de concrétiser tout ce travail via Third Edition qui propose de tels types d’ouvrages. Sait-on jamais !

    Aimé par 1 personne

    1. Oh, ce serait bien qu’on débloque des trophées quand on se met à jour sur les blogs, ahah En tout cas, une fois encore, merci énormément ! Je me suis effectivement beaucoup amusé à faire ce dossier, et je suis ravie qu’il t’ait plu. J’adore les bouquins de Third Edition, mais tu crois vraiment que quelqu’un comme moi, et avec ce type d’article, peut les aborder ? Je ne sais même pas comment. Et puis, admettons que, par miracle, quelque chose se concrétise avec eux, ce serait un rêve assez dingue, et en même temps je ne te raconte pas la pression, ahah. En tout cas, je prends la suggestion comme un compliment. Merci !

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s