Un jeu vidéo sans gameplay, c’est possible ?

Qu’est-ce qui fait un jeu vidéo ? Ce débat existant depuis des années s’est sans doute intensifié avec la popularisation des jeux Telltale (The Walking Dead), Dontnod (Life is Strange) ou même Quantic Dream (Detroit : Become Human). Si certain(e)s y voient des jeux à part entière, d’autres déplorent leur manque de gameplay ; si bien que ces jeux sont rarement rangés dans la même catégorie. Sont-ce des point’n click, des films interactifs ou même des jeux interactifs ? (Cela signifierait que certains jeux ne sont pas interactifs ?) Combien de fois ai-je entendu que The Order : 1886 était davantage un film qu’un jeu, à cause de sa durée de vie et de ses nombreuses cinématiques ? Ce débat fort nébuleux pourrait s’étendre à de nombreux genres vidéoludiques, comme le walking simulator. Par dessus-tout, il donne matière à nous interroger : Qu’est-ce qu’un jeu vidéo ? Est-il vraiment tributaire d’un gameplay jugé suffisamment riche ou varié ? Cette jouabilité est-elle d’ailleurs un gage de qualité voire même de rejouabilité ? Une fois n’est pas coutume, mes trois escales vidéoludiques de l’été – toutes entreprises sur Nintendo Switch – me permettront d’alimenter la réflexion. Nous allons pénétrer dans une maison isolée au fond de l’Oregon, avant de partir en Safari, non sans survoler les îles flottantes entourant Célesbourg. (Et attention, il ne faut pas les manger, ces îles flottantes…)

Des manières différentes d’interagir

Dans Gone Home, tout commence avec une mystérieuse lettre sur la porte.

Gone Home

Initialement sorti sur PC en 2013, Gone Home nous transporte en 1995, tandis qu’une jeune femme, Kaitlin, retrouve le foyer familial après un long voyage à l’étranger. Or, tous les membres de sa famille sont absents et il lui faudra explorer le domicile déserté pour comprendre pourquoi. Il a fallu cinq ans pour que Gone Home soit transposé sur Nintendo Switch. Le gameplay reste le même. La vue subjective permet d’épouser le regard de Kaitlin tandis qu’elle redécouvre le domicile familial. Nous n’avons que deux possibilités : nous déplacer dans la maison et visualiser les différents objets que nous rencontrons sur notre passage. Non seulement l’interactivité est limitée mais nous n’avons, de surcroît, aucun objectif à accomplir. Certains objets débloquent de nouvelles zones et dévoilent, par la même, des secrets bien gardés. Ces mystères rendent la demeure presque inquiétante et nous invitent à poursuivre notre périple, afin de découvrir la vérité. Le suspense est bien mené et certains personnages sont terriblement touchants, bien qu’ils n’apparaissent pas directement. Les joueurs et joueuses sont subjugué(e)s par une intrigue qui les invite à poursuivre leur exploration, en dépit du manque d’interactivité. Gone Home est-il donc moins un jeu vidéo qu’un autre ?

Avez-vous déjà vu un Pikachu faire du surf sur un Démanta ? Maintenant oui.

New Pokémon Snap

Il existe, après tout, de nombreuses manières de jouer, comme en témoigne New Pokémon Snap, sorti en 2021 sur Switch. Ce safari photo n’est pas un coup d’essai dans la mesure où il est l’héritier de Pokémon Snap, lui-même paru en 2000 sur Nintendo 64. Les jeunes amateurs et amatrices de Pokémon n’ont cette fois-ci par la mission de compléter leur Pokédex mais leur Photodex. Pour ce faire, nous embarquons dans un véhicule dont nous n’avons même pas les commandes. Celui-ci se contente d’emprunter des parcours prédéfinis. New Pokémon Snap pourrait alors se résumer à un jeu de simulation de photographie. Or, loin d’être répétitif, il peut se révéler addictif. C’est un plaisir de contempler les Pokémon dans leur habitat naturel, sans avoir à les empoisonner ni à les enfermer dans des balles définitivement trop étroites. Il faudra s’armer de patience et arpenter des parcours variés, à plusieurs reprises, avant que les Pokémon ne s’habituent à notre présence. Une fois apprivoisées, les créatures seront moins craintives et s’approcheront de l’objectif, en plus d’adopter des comportements inédits. Le jeu n’est pas seulement contemplatif, dans la mesure où nous pouvons interagir avec notre environnement. Les photographes en herbe disposent de nombreux accessoires qui, bien utilisés, leur permettront de prendre leurs plus beaux clichés. Si les plus attentionnés d’entre vous pourront amadouer Pikachu avec quelques pommes, les plus mesquins pourront aussi lui jeter le fruit défendu à la figure. Forcément, la réaction ne sera pas la même ! D’abord discret, le gameplay se diversifie au fur et à mesure que les joueurs et joueuses découvrent de nouveaux accessoires et s’entraînent à les utiliser.

Si, dans New Pokémon Snap, l’interactivité est volontairement restreinte ; elle se veut particulièrement dynamique dans The Legend of Zelda : Skyward Sword HD (2021). Et ce, pour le pire comme pour le meilleur.

Link lui-même serait-il perdu ?

The Legend of Zelda : Skyward Sword HD

Ce dernier jeu est lui aussi l’héritier d’un concept né sur un autre support. Il s’agit du Remaster d’un épisode initialement sorti sur Wii, en 2011. L’intrigue débute à Célesbourg, la ville natale de Link. Le jeune homme étudie dans une école de chevalerie lorsque sa confidente de toujours, Zelda, lui est arrachée. Sur le dos de son Célestrier vermeil, Link va survoler toutes les îles autour de Célesbourg, puis atterrir sur les confins de la Terre, pour prouver sa valeur et aider Zelda à sauver le monde. Sur Wii, Skyward Sword était doté d’un gameplay particulier dans la mesure où la Wiimote détectait les mouvements de celui ou celle qui la maniait, afin qu’ils soient retranscris à l’identique par l’épée de Link. Cette détection des mouvements est toujours disponible par l’intermédiaire des Joy-Con de la Switch. J’ai toutefois opté pour un gameplay plus classique en privilégiant les Sticks de la manette ou des Joy-Con en question. La sensation de commander les mouvements de Link est toujours présente, dans la mesure où il faudra pousser le Stick vers la droite pour attaquer de ce côté, et ainsi de suite. Skyward Sword nous invite à imiter les mouvements entrepris par Link, sans doute dans le but de rendre le jeu plus vivant et immersif. Si ce parti pris saura ravir une partie des joueurs et joueuses, ce n’est guère mon cas. J’ai adoré les environnements, les énigmes et l’histoire de Skyward Sword, c’est certain ; mais ni ses commandes ni sa maniabilité. La simple gestion de la caméra est assez révélatrice des caprices du jeu. Alors qu’il suffit habituellement d’orienter un Stick de part et d’autre de l’écran pour contrôler la caméra, Skyward Sword HD nécessite, de surcroît, de maintenir appuyée la gâchette L. (Et encore, le jeu originel ne semblait pas disposer de la possibilité de contrôler la caméra…) Cette action anodine, que l’on fait inconsciemment, devient moins intuitive et monopolise l’une de nos mains. Par dessus-tout, cela donne un aperçu du manque d’harmonie que peuvent adopter des commandes autrement plus délicates. A force de vouloir imiter, de manière logique, une série d’actions, les commandes sont peu intuitives et rendent certains obstacles ou combats inutilement compliqués, simplement parce qu’on ne maîtrise pas encore (ou parce qu’on a oublié) la longue succession de touches à employer. La variété des commandes et de la jouabilité n’est pas forcément gage de qualité, mais ce serait réducteur d’arrêter la réflexion à cela.

Gameplay et rejouabilité

Entendons-nous bien. Le gameplay ne se résume pas à la liste des commandes d’un jeu. Il désigne la façon dont nous jouons une intrigue, ainsi que l’ensemble des stratégies que l’on met en place pour progresser. Ainsi, bien que très peu d’actions soient possibles dans Gone Home, l’histoire peut avoir une durée de vie très variable dépendamment de la manière dont on y joue. Si j’ai mis environ une heure pour explorer la maison, je ne serais pas surprise que d’autres personnes, plus minutieuses, en mettent le double. A vrai dire, le jeu peut même être terminé en quelques clics, si l’on sait quoi chercher et que l’on va droit au but. Mais alors, l’histoire perd toute sa saveur. En dépit d’un gameplay apparemment simple, Gone Home ne fournira pas la même expérience à tout le monde, et possède par ailleurs une certaine rejouabilité. Il ne serait pas désagréable de relancer le jeu afin d’essayer de trouver des indices supplémentaires ou d’ouvrir l’un des coffres dont je n’avais alors pas trouvé le code. Dans tous les cas, les joueurs et joueuses sont autonomes et libres de faire pleinement leurs choix. Il en va de même pour New Pokémon Snap dont le caractère répétitif était à craindre à cause du nombre modeste de régions. (Ce problème a d’ailleurs été réglé avec la mise à jour gratuite de cet été). Il faut toutefois vous attendre à passer un nombre considérable de temps par itinéraire, si – comme moi – vous souffrez de collectionnite aiguë. Le même parcours n’est en soi jamais le même dans la mesure où les Pokémon et les scènes sont différents, selon l’angle regardé. Si vous prenez des photos de qualité, vous gagnez des points d’expérience augmentant votre niveau d’exploration. Alors, les Pokémon dudit parcours sont de moins en moins timorés et de plus en plus actifs ; sans compter que des espèces plus rares font leur apparition. Il ne faut pas omettre le cycle jour/nuit qui, lui aussi, permet de rencontrer des Pokémon différents. Comme si cela ne suffisait pas, chaque parcours dépend des choix stratégiques du photographe. Il y a plusieurs chemins et certains sont délicats à emprunter car il faut au préalable débloquer quelque passage secret. Les Pokémon eux-mêmes peuvent avoir des réactions imprévisibles selon la manière dont on les aborde. Comme je le disais plus haut, Pikachu sera plus ou moins content selon qu’on lui offre une pomme ou qu’on la lui balance dans les dents. Mais ce n’est pas aussi simple et réducteur que cela. Il y a d’autres accessoires, et il faut parfois respecter toute une succession d’actions pour déclencher une scène inédite ou même inciter deux Pokémon, a priori éloignés, à se rencontrer. Certaines séries d’actions sont ardues à deviner et je n’y aurais probablement pas pensé sans un guide sur internet. Avec, au final, peu de commandes et même peu d’astuces, le jeu parvient à se renouveler formidablement. Si l’on m’avait dit, au début de l’été, que je passerai 55 heures sur New Pokémon Snap, je n’y aurais pas cru moi-même. Skyward Sword permet aussi, d’une certaine façon, de redécouvrir des lieux déjà explorés. Comme dans bon nombre de Zelda, Link débloque des équipements qui lui permettront d’accéder à de nouveaux objets et même de nouvelles zones, dans des régions précédemment explorées. Les joueurs et joueuses sont, cette fois-ci, très guidé(e)s. Retourner dans les trois régions principales du monde, avec des accessoires inédits, fait partie intégrante de l’histoire. On ne peut guère parler de rejouabilité dans la mesure où ces allers et retours sont imposés. Le jeu possède toutefois bon nombre de quêtes secondaires ou d’objets à découvrir, pour les plus intrépides.

En exclusivité, voici une sélection de mes photos sur New Pokémon Snap.

Bilan

Que peut-on déduire de tout cela ? Le gameplay d’un jeu ne se résume pas seulement à ses commandes mais aussi aux stratégies que l’on adopte pour faire avancer la narration. D’ailleurs, un trop grand nombre de commandes n’est pas forcément gage de qualité. La plupart des jeux, comme Skyward Sword, présentent des obstacles aux joueurs et aux joueuses pour donner l’impression de surmonter une épreuve (et accessoirement alimenter la durée de vie). Certaines énigmes et certains boss occuperont beaucoup plus votre temps que prévu. Or, c’est ce sentiment de frustration qui rend la victoire encore plus satisfaisante. D’autres jeux ne possèdent pas d’obstacles ou d’adversaires classiques. L’écran Game Over n’existe pas et c’est okay. Cela n’en fait pas des films où nous n’avons aucune influence sur la narration. Cela en fait des jeux chill, ou bien des jeux ayant trouvé un autre moyen de captiver notre attention. Comme dans un Escape Game, il faudra explorer la maison de Gone Home judicieusement pour venir au bout de l’intrigue. Certaines créatures de New Pokémon Snap nécessitent de faire preuve de patience ou d’astuce pour être rencontrées. Ce jeu possède une rejouabilité insoupçonnée. Que sommes-nous supposés attendre d’un jeu vidéo ? Initialement, il s’agit d’un jeu électronique, entraînant des interactions humaines et ludiques, dont on perçoit les résultats sur un dispositif vidéo. En d’autres termes, nous agissons et nous constatons les conséquences de nos actes sur l’environnement virtuel. Si certains jeux nécessitent d’utiliser la manette à outrance, ou même un détecteur de mouvements, d’autres ne demandent d’accomplir que peu d’actions ou d’avancer, dans un ordre bien précis. C’est le cas de Gone Home, des walking simulator ou même des point’n click en général. C’est aussi le cas des jeux possédant beaucoup de cinématiques. Ce n’est pas parce que vous n’êtes pas hyperactif ou hyperactive que ce n’est plus un jeu vidéo. Je n’ai pas la prétention de mettre fin au débat car cela ne reste que mon avis, reposant sur seulement trois exemples qui plus est. Mais il me semblait important de le répéter. Je ne serais pas surprise de lire que Gone Home a influencé des jeux comme What Remains of Edith Finch (2017) ou même Life is Strange (2015). Il a donc fortement marqué le décor vidéoludique.

15 réflexions au sujet de « Un jeu vidéo sans gameplay, c’est possible ? »

  1. N’empêche que malgré le fait que je soies un peu frustrée de ne pas jouer un peu plus à un jeu que je teste, je suis d’accord avec l’ensemble de ton article. Je dit « frustrée » parce que j’ai testé la démo de Dark Picture Little Hope et j’ai été déçue de n’y avoir très peu joué.
    Un gameplay qu’il soit classique ou non, peu importe. Il peut nous arriver à le « créer » nous-même d’ailleurs. Le côté interactif me plait notamment dans les point-and-click dont j’ai fait l’expérience récemment avec Les Chevaliers de Baphomet (et j’y ai prit goût !).

    Par contre, on en parle de tes photos de PKMN Snap ? Elles sont magnifiques ♥ !

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, c’est vrai qu’on peut ajouter nos propres règles au gameplay d’un jeu. Les jeux « interactifs » sont intéressants pour leur narration ou pour les joueurs moins assidus. Ce débat ne devrait même plus avoir lieu d’être. Et merci beaucoup pour les photos ♥

      Aimé par 1 personne

  2. Bien vu, c’est un bon angle! Combien de personnes se plaignaient de la même manière à propos des derniers Metal Gear!
    La distinction jeu/film devient fine parfois (même si j’attends de voir un film interactif au cinéma).

    Gone Home? Je pense que je vais lui donner sa chance (j’ai joué à Zelda et Snap, c’est pour ça aha)!

    PS: la photo d’Evoli et Pikachu, c’est un peu de paix dans un monde de brutes!

    Aimé par 2 personnes

    1. Ah oui ? Je suppose qu’il y a beaucoup de cinématiques c’est ça ? Quand j’y pense c’est aussi le cas dans certains jeux nippons comme Yakuza, ou KH III. Il me semble que Netflix, ou je ne sais plus quelle plateforme, avait testé un film ou une série interactif/ve, non ? Gone Home se fait en une heure ou deux, je conseille vraiment d’attendre les promos, mais c’est une expérience agréable. Et merci pour la photo ♥

      Aimé par 1 personne

  3. Il faudra vraiment que je fasse Gone Home !
    Côté photos, Pichu, Pikachu et Evoli,c’est de la douceur totale. Mais j’aime beaucoup les clichés que tu as pris, soit impressionnants par les Pokémon rares, soit avec un angle très bien choisi !
    Avec ces trois jeux, on a trois visions différentes du gameplay, c’est certain. Avec ce Zelda qui en abuse à outrance d’ailleurs, parce que cela devait aller avec les capacités de la Wii à l’époque (Silent Hill : Shattered Memories sur PS2 a quelques défauts issus de la même conception initiale sur Wii, avec les joysticks qui sont parfois difficiles à manier). On n’a pas forcément besoin d’avoir trop de mécanismes « réels » pour prétendre rendre le jeu interactif, même si cela est parfois très bien pensé. Je n’avais pas testé, mais Alien Isolation proposait d’activer le son et la caméra de la télé/manette/PS4 pour que l’alien puisse par exemple venir embêter le personnage s’il y avait du bruit ou du mouvement trop brusque dans la pièce du joueur.

    Je ne pensais pas non plus qu’un jeu New Pokémon Snap proposerait autant de variété ! Pour le coup, il a été très bien pensé. Le débat ne devrait plus exister sur la limite du jeu vidéo interactif/film interactif, même s’il est clair que ceux du genre walksim/histoire narrative lorgnent clairement du côté des films, mais permettent justement, par cette absence d’interactivité trop lourde, de davantage s’immerger dans l’histoire, l’atmosphère et les personnages sans que l’attention ne soit forcément détournée par plein de mécanismes à prendre en compte. C’est un choix…Même si l’interactivité permet aussi de renforcer les émotions du joueur, plus que devant un film.

    Aimé par 1 personne

    1. J’ai Gone Home sur la Nintendo. 😉
      Oui, ces gadgets sont sympathiques (y compris ceux de Alien), mais je pense que s’ils sont amusants au début, ils peuvent rapidement devenir lassants ou contraignants. Surtout que ce n’est pas toujours au point. En tout cas, merci pour ton commentaire. 🙂

      J’aime

  4. J’ai pris le temps de lire cet article lorsque j’étais en vacances et me voilà en train de commenter une semaine après. ^^
    Tout d’abord c’est un excellent article et les jeux que tu as sélectionné illustrent parfaitement l’idée d’un jeu avec un gameplay très limité. J’avais beaucoup apprécié Gone Home à l’époque et je trouve ton traitement du jeu très bon, tu rends honneur à ses qualités narratives tout en expliquant bien le concept du « joueur qui doit découvrir ».
    Pour Pokemon Snap, là j’avais des réticences, le jeu me paraissait trop faible en contenu et pourtant tu montres que malgré cette absence d’éléments de gameplay, il y a moyen de s’amuser en conservant le côté interactif, vraiment bien joué !
    Et enfin, concernant Zelda, j’ai trouvé au début surprenant que tu le choisisses dans ce type d’article mais tu démontres une pertinence dans l’analyse de ce jeu du fait de ses « problèmes » de maniabilité (qui sont horribles avec la manette wii).
    J’ai personnellement eu du mal au début en tant que joueur de ne pas avoir le contrôle sur tous les éléments autour de moi tout en acceptant peu à peu l’idée qu’un gameplay ne résidait pas uniquement dans cet interaction manette en main. Plus je joue aux jeux indépendants, plus je découvre que l’interactivité réside également dans l’implication émotionnel du joueur. Si on parvient à sentir l’incarnation dans notre personnage alors une forme de gameplay commence à apparaître. Je n’ai aucune idée de si c’est clair mais c’est un ressenti.
    Ton article est comme toujours très bien écrit et j’ai hâte de lire le suivant !

    Aimé par 1 personne

    1. Hello ! Merci pour ton commentaire éclairé qui me fait, comme toujours, fort plaisir ! Et oui, comme quoi, un jeu ne durant qu’une heure et avec une maniabilité limitée, n’en demeure pas moins un jeu à part entière. Je pense tout de même que ça continue à surprendre un fort pourcentage de joueurs qui ne sont pas coutumiers des jeux indépendants. J’ai vraiment été agréablement surprise par New Pokemon Snap. C’est peut-être aussi parce que je n’en attendais rien, voire pas grand chose. Mais il est vraiment bienvenu si tu cherches un jeu qui ne demande pas trop de temps, ni de réflexion, par exemple pendant les vacances. Quant à Zelda, c’est vrai qu’il sert plus d’antithèse qu’autre chose à l’article. Sans compter que j’ai parfois coutume de jouer simplement aux jeux qui m’intéressent avant d’imaginer comment je peux les mettre en relation dans un article. La maniabilité était parfois frustrante, même sur Switch. Je comprends ton ressenti car je le partage. L’article aurait pu être plus vaste si j’avais commencé à aborder les contraintes que les joueurs se posent d’eux-mêmes dans certains jeux, ou effectivement, le côté RP qu’on peut rajouter dans n’importe quel genre. Par exemple, dans un « film interactif » où il y a plusieurs personnages, j’aime bien leur attribuer leur propre caractère plutôt que de les jouer tous de la même manière. Bref, ça n’en finirait plus ! Encore merci et à très vite !

      J’aime

  5. C’est une excellente question que tu te poses là, et je dois dire que j’aime tout particulièrement l’angle d’attaque que tu as choisi. Aujourd’hui, les joueurs ont généralement tendance à reprocher à Sony, notamment, de proposer des expériences misant moins sur le gameplay que sur la mise en scène et la narration, au point qu’on en arrive à les « insulter » de « films interactifs ». En parallèle, on a plutôt tendance à valoriser Nintendo qui serait l’un des seuls à valoriser « l’école du gameplay ». Pourtant, ton article montre que ce n’est pas toujours vrai, en témoigne l’exemple très parlant de New Pokémon Snap. Comme quoi.

    Pour ma part, je pense que tu t’en doutes, mais je rejoins largement ton avis. Le gameplay ne se limite pas seulement à une liste de commandes, mais bien à la manière dont le joueur interagit avec l’œuvre qui lui est proposée. De ce fait, qu’on ait une liste de commandes longue comme le bras ou que celle-ci se limite à appuyer sur une touche quand on nous le demande via une QTE, ça reste du gameplay. Une approche différente, mais du gameplay quand même. Donc dans le fond, je dirais que finalement, tous les jeux ont du gameplay. Après, libre à chacun de privilégier la forme qui l’intéresse le plus, évidemment.

    Aimé par 1 personne

    1. Je ne savais même pas qu’on classifiait Sony et Nintendo ainsi. Enfin, j’en avais peut-être conscience mais j’ignorais qu’on les dissociait à ce point pour cela. Comme quoi, j’ai mis le doigt sur quelque chose sans vraiment le rechercher ahah. C’est pour ça aussi que je déteste quand on dit simplement « ce jeu est répétitif ». En soi, tous les jeux le sont à moins de constamment révolutionner leur gameplay comme par exemple It Takes two. La question est simplement de savoir si cela nous divertit ou non. Merci pour ton… ou devrais-je dire tes commentaires !

      Aimé par 1 personne

  6. Ah Gone Home, un excellent travail d’écriture. Visiter la maison une seconde fois en connaissant la finalité du récit est vraiment différent de la première exploration où on sursaute face à chaque élément trouvé, tendu en craignant une arrivée surprise (alors que non !) Et j’ai été très touchée par la conclusion du récit.

    Personnellement je préfère un gameplay simple mais efficace que ceux cumulant les touches avec des combinaisons hasardeuses, difficiles à retenir, voire à exécuter. Puis après une rude journée, je n’ai pas toujours la force, ni la foi, de me lancer dans des jeux compliqués. Merci les options d’accessibilité d’exister aussi !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s